dimanche 5 février 2006

Le ruban de l'amitié

Quand j’étais gamine, je suis allée en colonie de vacances dans l’Aveyron près de Laguiole. Je vous passe les détails car les souvenirs de colo n’intéressent en général que ceux qui y étaient. Tiens, il faudrait que je regarde si j’ai encore mes cahiers de fin de colo, vous savez, ceux dans lesquels les copains de colo écrivent des petits mots, vous promettant de vous écrire toutes les semaines jusqu’à la colo suivante. Il y a aussi les timides qui ne vous ont pas adressé la parole pendant 15 jours et qui vous déclarent leur flamme par écrit de leur plus belle plume en vous demandant de ne surtout pas lire leur mot avant d’être arrivée chez vous – ce que vous promettez, mais ne faites pas, bien entendu…
Qui sait, parmi les gentils lecteurs de ce blog, peut-être y-a-t-il quelques vieux copains de colo…
Mais où voulais-je en venir déjà ? Ah oui, le souvenir qui vaut la peine d’être évoqué ici, c’est que pendant cette fameuse colo, j’ai goûté pour la première fois à l’aligot. Et ce fût une expérience culinaire inoubliable pour la petite fille de 6 ans (ou 7 ans, je ne sais plus) que j’étais. Je me souviens encore d’une grande marmite bien chaude et des fils que faisait l’aligot quand le cuisinier mélangeait… (je me souviens aussi de la grande statue de taureau sur la place de la ville, mais ça n’a rien à voir).

Maintenant que je vous ai tout de même raconté mes souvenirs de colo alors que j’avais dit que je ne le ferais pas, parlons un peu de l’aligot.
Plat typique du nord de l’Aveyron, l'aligot est originaire du plateau de l’Aubrac, il est préparé avec de la tome fraîche de l’Aubrac ou de Laguiole. On dit que les moines de l’Aubrac servaient l’aligot aux pèlerins qui se rendaient à Saint-Jacques-de-Compostelle. Au fil du temps, l’aligot est devenu un plat de fête en Aveyron, symbole de partage et d’amitié. On l’a d’ailleurs surnommé le ruban de l’amitié. Plus on fait de longs rubans en mélangeant l'aligot, plus l'amitié est solide.

La tome fraîche est une tome au lait de vache cru et entier. Elle est dite fraîche car elle n’a été affinée que quelques jours. Si on prolonge son affinage de 4 mois minimum, on obtient le fromage de Laguiole A.O.C.. La meilleure période pour déguster la tome fraîche est d’avril à septembre (donc pas maintenant ! mais la tome d’hiver n’est pas mal quand même).
A mon avant-dernier passage chez un fromager français (le dernier passage, c'était 5 minutes plus tard, juste en face, pour acheter un Rollot et un fromage sans nom), mon regard gourmand est tombé sur un petit paquet de tome fraîche et mes souvenirs de colo me sont revenus. Sans hésitation, j'ai acheté ce "petit" paquet de 500 g et embarqué la recette qui allait avec.

De retour à la maison, un peu effrayée par la recette du fromager qui pour 4 personnes préconisait 1 kg de pommes de terre, j’ai fait ma petite recette à ma sauce à partir de différentes sources dont la version Marmiton. Vous pouvez également consulter la recette de Laurent ici.
Pour les amiénois, je donne l'adresse de fromagers sympas chez qui on trouve de la tome fraîche :
Fromagerie Quentin
Hélène et Julien Planchon
Les Halles du beffroi
Place Maurice Vast
80 000 Amiens






Mon ruban était un peu timide, mais pour une première, ça se défend !
Remarquez également la luminosité incomparable de ma cuisine...
idéale pour les photos culinaires !


Aligot
Pour 3 personnes
600 g de pommes de terre (Bintje par exemple)
400 g de tome fraîche
3 c. à s. de crème fraîche épaisse
50 g de beurre
1 gousse d’ail
sel, poivre blanc, noix de muscade


Faites cuire les pommes de terre à l’eau bouillante pendant 25 minutes.
Coupez la tome en fines lamelles. Hâchez la gousse d'ail.
Quand les pommes de terre sont cuites, épluchez-les. Passez-les au presse-purée ou écrasez-les à la fourchette. Versez la purée dans une grande casserole. Mettez sur feu moyen. Ajoutez le beurre, la crème et l'ail.
Salez, poivrez et ajoutez de la muscade selon votre goût.
Quand la purée est bien chaude, ajoutez la tome en lamelles. Commencez à mélanger doucement. Mélangez toujours dans le même sens pour favoriser la formation du ruban. Quand la tome est entièrement fondue et que vous arrivez à faire de beaux rubans, c'est prêt.

Certaines recettes proposent d’ajouter du jus de viande, des lardons et / ou des oignons. C'est à vous de voir !

17 commentaires:

Sigrid a dit…

ça a l'air intéressant (les souvenirs de colo aussi d'ailleurs :-) mais euhm, vu que l'aligo est totalement absent de mon petit dico de vécus culinaires, je me demandais... mais comment cela se mange-t-il???? Tremper du pain dedans comme pour la fondue?? Versé dans un plat avec une cueillère? comme accompagnement d'autre chose???

Mimosa a dit…

ahh les joyeux souvenirs de colo! petit ruban deviendra grand!appétissant billet!

aude a dit…

coucou Sigrid,
L'aligot, j'aurais pu préciser, se mange seul comme une purée ou bien en accompagnement de viandes. bises

Choupette a dit…

mes enfants aussi sont allés en colonies près de Laguiole, qui sait peut-être y étiez-vous ensembles!

flo a dit…

Aude, j'ADORE l'aligot, c'est vraiment une fête pour moi! Merci pour ce billet!

mercotte a dit…

Non, non, surtout pas de lardons ou d'autre ajout, nature comme ça c'est le meilleur ! que de souvenirs avec ton aligot !! pas mal du tout le tien, expatrié !

Thalie a dit…

Waow bravo pour ton aligot !
Ma maman adore ça !

Garance a dit…

une arriére grand mére Aveyronnaise , un séjour culinaire dans l'Aubrac l'an dernier (dans une halte pour les pélerins , bref ..)
L'aligot j'adore , la Colo je me suis fait une fugue , j'ai détesté et mes parents sont venus me chercher ....comme quoi ...
bises

portugal et ses douceurs a dit…

l'aligot j'en ai moi meme manger hier soir, je suis auvergnate et c'est aussi une region aligotesque...lol

c'est vrai que c'est drolement bon!!!

moi j'en mange avec une trabche de jambon cru et un peu de salade pour faire glisser le tout...

Requia a dit…

C'est drole mais depuis quelques jours j'ai des idees d'aligot dans la tete. Surement parce que j'ai encore vu une de ces preparations pour aligot (genre je rajoute de l'eau et c'est pret) qui m'a effraye dans les rayons de mon supermarches !
Haaa un bon aligot par ce froid de canard ...

moony a dit…

Je ne connaissais pas non plus et j'avoue que ça me tente bien.

Gracianne a dit…

Tu as commence bien jeune a ce que je lis :) Pour moi ca sera avec une belle piece de boeuf et de la salade verte s'il te plait.

AnneE a dit…

j adore ca mais la tu me donnes pas envie, il faut dire au avec 30 dehors j ai plutot envie de frais mais garde moi une petite part pour mon retour glacial

Viktoria a dit…

Le climat et l'appétit, tout est réuni pour tester cet aligot. J'en salive déjà...

danielle a dit…

L'Aligot ! quel rêve ! très accessible en fait. Un peu d'huile de coude et de l'habitude aident bien un peu. Pour les parisiens, l'ambassade d'Auvergne en prépare un succulent mais il est préférable de jeuner quelques jours avant pour ingurgiter une belle assiette accompagnée d'une saucisse aveyronnaise (boyau rempli de viande de porc hachée en gros morceaux). Mais le top, ce sont les brochettes de foie gras de canard au magret de canard (voir sur le marché de Millau) mais dont la préparation est simple.

Valérie a dit…

On retourne dans l'Aveyron le week-end prochain ; ma recette d'aligot est un peu différente quant aux proportions, et il file normalement très bien ! J'ai mis sur mon blog une variante également aveyronnaise : la truffade.

assrenseignements-genereux.hautetfort.com a dit…

Eh bien , moi je suis allée en colo l' été dernier en Auvergne, dans un champ de maïs : c ' était pas le top !