vendredi 15 avril 2011

Un samedi d'avril...

J'ignore pourquoi les mois d'avril ont été si difficiles ces dernières années (enfin, j'ignore... j'ai quelques pistes tout de même). Il semblerait cependant que 2011 soit arrivée à mon secours et me fasse envisager cette période de l'année de façon plus sereine et j'en suis ravie.
Concerts, expos, invitations, anniversaire en bonne compagnie, cadeaux touchant des amis proches qui supportent la farouche petite personne que je suis, moments exquis en compagnie de jeunes comédiens autour d'un projet qui me paraît bien téméraire (tout du moins pour une non comédienne), rencontres diverses et variées mais toujours agréables, brocante, musique de chambre, semis de carottes et de radis, plantation de pommes de terre... Un mois d'avril prometteur, en somme...
Ma soirée de samedi dernier s'inscrit tout à fait dans cette veine. Je suis invitée à dîner chez une amie puis nous irons voir Rudy jouer au théâtre. J'apporte le dessert (un crumble aux pommes, quelques épices et fruits secs, tout ça dosé au pifomètre). Les enfants jouent, les grands parlent anglais, allemand, français, tout ce que j'aime. On prépare une soupe, on met la table, dehors, il fait bon. La pièce est annulée, une des comédienne est souffrante, dommage, on ira samedi prochain.
Un voisin passe. On ne prendrait pas l'apéritif ensemble ? Dans une demie-heure, dans la cour ? Très bien, on sera prêt.
ça tombe bien, on avait quelques bouteilles au frais et l'humeur joyeuse.
Un autre voisin arrive, puis sa femme avec des bricoles à manger, le père de la voisine nous rejoint avec quelques bouteilles de Leffe, les enfants ne sont plus deux mais quatre... On boit, on mange, on parle... On se découvre des affinités, des lieux et des curiosités en commun...
Le concert tout à l'heure, ça vous dit ? Arvo Pärt ? Pourquoi pas.
Le Nord, la Belgique, vous connaissez ?!
La cuisine ? Justement, venez voir ce que nous avons préparé pour Pâques...



crédit photo : Barbara Vaux, artiste peintre dont je vous reparlerai


J'avais vu des koulitchi en photo à plusieurs reprises. Mais là, on m'offre l'occasion d'en voir en vrai et de me délecter de leur parfum au sortir du four. J'en suis toute émue.
Hélas, je n'ai pas apporté mon appareil photo. Ah, il est loin le temps où je ne me séparais jamais de cet outil indispensable à tout blogueur culinaire qui se respecte !
Ce n'est rien, on vous enverra des photos lorsqu'on les aura décorés.
On m'autorise même à les publier sur mon blog !
Pour la recette par contre, c'est un secret !
Barbara me dira plus tard que les koulitchi, gâteaux traditionnels russes servis pour Pâques, sont très riches car composés de certains ingrédients d'origine animale interdits pendant le long jeûne que suivent scrupuleusement les orthodoxes avant Pâques. Les koulitchi contiennent donc des oeufs, du beurre, mais aussi des fruits confits, de la vanille, du safran et parfois de la cardamome. Pour les accompagner, on sert un entremets à base de fromage blanc largement agrémenté de crème, de beurre et d'oeufs. Normalement, les gros appétits aiguisés par le jeûne draconien sont rassasiés par ces deux desserts...

La soirée se poursuit, chacun rentre chez soi, enfin, moi, je rentre chez mon amie.
Finalement, nous préfèrerons le crumble à la musique d'Arvo Pärt pour ce soir.
Cette soirée aura participé à élargir ma culture culinaire mais pas seulement et m'aura réconciliée avec avril.

2 commentaires:

veronica a dit…

je me disais aussi, mais on dirait un koulitch... faut manger d ela bonne paska pas legere du tout avec...

Babeth59 a dit…

on se contentera donc de rêver à son goût!...