dimanche 19 septembre 2010

Yin, yang et chocolat...

Dimanche après-midi, allongée dans l'herbe à côté d'une belle chilienne, ipod dans une oreille et verveine à la main. Face à nous, la ville de Lyon et plus au loin les Alpes qui présagent qu'il pleuvra bientôt. Haïku, fleurs de Bach, projets musicaux et poétiques... Discussions autour du yoga, de la macrobiotique... Tout pour faire de ce dimanche un moment parfait entre amies, détendu, enthousiaste, enflammé, ému... Et là, coup de semonce ! La macrobiotique m'intéresse et je pose quelques questions dont les réponses m'ébranlent. Je serais trop Yin, pas assez Yang. Il faudrait que je me yangise un peu, ça aurait pour effet de me rendre plus dynamique, plus rapide à prendre des décisions. Tout ce dont j'ai besoin finalement, et pas seulement moi si vous voulez mon avis ! Alors vous me direz, rien de dramatique. Non, bien sûr, mais ceci est loin d'être une bonne nouvelle pour moi.
Pour me yangiser, il faudrait apporter quelques ajustements à mon régime alimentaire indiscipliné et sucré. Les premières retouches ne me font pas peur puisqu'il s'agirait de manger plus de céréales, et des fruits plutôt cuits que crus. J'ai de l'orge, du riz et du kamut plein mes placards, c'est déjà un bon début. J'adore les compotes, je les préfère même aux fruits crus parfois, deuxième avantage qui devrait me faciliter la tâche. Mais voilà qu'il faudrait également que je diminue, voire que je supprime l'aliment-clé de mon alimentation (et à qui la macrobiotique prête des méfaits qui me paraissent vraiment injustes et disproportionnés soit dit en passant). De quel aliment-clé s'agit-il ? Bah voyons, je parle du chocolat bien sûr, who else ? Vous me voyez, moi, vivre sans chocolat ? C'est comme si on arrachait ses pétales à une pivoine, ses poils à une vache écossaise ou ses ailes à une libellule...
Je vais déjà commencer par manger des céréales et des compotes, pour le reste, on verra.




Compote presque d'automne
3 poires williams
3 quetsches
3 pommes
quelques grains de raisin du jardin
5 - 6 châtaignes précuites
3 figues sèches
1 c. à s. d'écorces d'oranges confites en petits dés
1 petit bâton de cannelle
1 petite noix de gingembre frais
quelques pincées de fève tonka râpée

Eplucher les pommes et les poires, les couper en gros morceaux.
Couper les quetsches en deux, découper les figues et les châtaignes en morceaux.
Eplucher le gingembre et l'émincer très finement.
Épépiner les raisins si vous voulez.
Mettre les pommes et le bâton de cannelle dans une grande casserole avec un peu d'eau et mettre sur feu doux à couvert.
Au bout de quelques minutes, ajouter les poires.
Quand les pommes et les poires sont tendres, ajouter tous les autres ingrédients et laisser sur feu doux quelques minutes supplémentaires, sans trop mélanger.
Déguster tiède ou froid, avec ou sans speculoos...

Souvenez-vous les automnes derniers chez épices et compagnie...
un pain d'épices à la chicorée,
quelques aubergines au carvi,
des petits pains et un granola musclé pour le petit-déjeuner,
un cake spécial maux de gorges,
et aussi une proposition décente qui tient toujours...

1 commentaire:

C&G : a dit…

J'adore pommes, poires et tout ce qui est fruits cuit... a retenir ce recette! Giorgia