samedi 15 mai 2010

Rendez-vous avec mon banquier...

A priori, rien de particulier, juste un papier à signer, des petites mises à jour dans mon dossier...
En cinq minutes, ce fut fait. Mais nous avons joué les prolongations comme d'habitude, car mon banquier et moi, on a toujours un tas de choses à se raconter. Que voulez-vous, on m'a attribué un conseiller qui me met à l'aise, ne me vend pas tout ce qu'il pourrait me vendre et dont je n'aurais rien à faire, qui m'explique des trucs inexplicables... En somme, un banquier qui vous réconcilie avec sa profession. Avouez que ça vaut de l'or.
On n'avait pas augmenté votre autorisation de découvert ?
...
Sourires.
Bah non, vous n'êtes jamais à découvert.
Et non !
Re-sourires.
Vous avez assuré votre portable ?
Mon quoi ? Ah, ce truc avec des touches, que j'ai payé 1 € il y a une semaine, qui est quelque part chez moi (peut-être dans le four), qui s'allume tout vert quand quelqu'un pense à moi et dont la sonnerie me surprend à chaque fois...
Oui, voilà, ce truc !
Bah non, je ne l'ai pas assuré !
Et vous ne le ferez pas !
Bah non !
Re-re-sourires.

On discute encore un peu, il me refait un petit devis histoire de justifier cet entretien qui dure, on rediscute, cuisine cette fois... Et puis c'est là qu'il m'annonce la nouvelle : il part à la retraite, dans 15 jours !
Mais comment ça, vous êtes bien trop jeune pour ça ! 57 ans, pensez donc, vous êtes plus jeune que mon père qui n'est pourtant pas bien vieux et qui lui, travaille encore... Pour une fois que j'avais un gentil banquier. Non, vraiment, vous choisissez votre moment. Si vous saviez le mois d'avril que j'ai passé, et puis le mois de mai qui est glacial, il ne me manquait plus qu'une mauvaise nouvelle et c'est vous qui me l'annoncez.
Bon, je comprends, de toute façon votre décision est prise et puis finalement oui, vous n'êtes plus tout jeune... Vous avez raison, mais quand même. Ah, vous aurez un successeur ? Ah, il a 40 ans ? (il est marié ?!). Bon, je m'y ferai. Tant pis pour moi et tant mieux pour vous...
Derniers sourires.
Fin de l'entretien.
Mon dernier rendez-vous avec mon banquier préféré est terminé. Je repars déçue, presque triste. Même pas fait de halte devant la vitrine du pâtissier d'à-côté qui fait des gâteaux bleus.
Si on m'avait dit qu'un jour je regretterais un banquier, ça m'aurait fait rigoler...

Un petit gâteau pour me consoler et en attendant de voir à quoi ressemblera son successeur ;-)



Moelleux au chocolat qui console
(ne chercher pas de rapport entre les ingrédients et le banquier, il n'y en a pas)
Pour 6 - 8 parts
3 oeufs
90 g de sucre de canne non raffiné
100 g de farine T55
6 g de levure
15 g de cacao non sucré
50 g de poudre d'amandes
50 g de beurre
100 g de chocolat noir à pâtisserie
20 cl de crème d'avoine
40 g de petits flocons d'avoine

Préchauffer le four à 180°C.
Faire fondre le beurre et le chocolat au bain-marie. Réserver.
Fouetter les oeufs avec le sucre.
Ajouter la farine, le cacao, la levure et la poudre d'amandes.
Incorporer le beurre et le chocolat puis la crème d'avoine.
Ajouter les flocons d'avoine.
Verser dans un moule à manqué beurré (22 cm de diamètre environ).
Enfourner pour 25 à 30 minutes.
Démouler chaud et laisser refroidir sur une grille.
Avec une petite sauce au chocolat au lait et des pépites de granola, c'est encore plus consolateur...

5 commentaires:

Beau Lotus a dit…

Au moins votre banquier il aura pu partir à la retraite, le mien il est mort dans un accident de voiture, une malaise qui l'a fait entrer sa voiture dans un arbre...

Et c'est comme ça que j'ai perdu mon gentil banquier, je suis d'accord qu'ils ne sont pas nombreux.

Roseline a dit…

"Si on m'avait dit qu'un jour je regretterais un banquier, ça m'aurait fait rigoler..." => quel mépris pour cette profession transparait sous cette phrase. Je trouve cela assez écœurant.

aude a dit…

Roseline, c'est votre manque d'humour qui est écoeurant ! Si vous aviez pris un tout petit peu plus de temps pour lire ce blog et aviez pris la peine d'apprendre à en connaître l'auteur, vous n'auriez pas pensé un seul instant à laisser le commentaire que vous avez écrit. Sachez que le mépris ne fait pas partie de mes habitudes. Sur ce, bon dimanche et merci de nous passer de votre présence ici dorénavant.

56oceane a dit…

Va savoir... 40 ans... c'est p'tre pas mal dans le fond... A mon avis, si tu le branches cuisine dès le départ, c'est gagné!!! ;-))
Bonne continuation!
56oceane

Che Birba a dit…

salut je suis Laura, j'ecris de l'italie...

ton blog est tres interessant, en future je mis un lunk a ton blog sur le mien :D

Laura