jeudi 10 mars 2005

Accord parfait

Une fois n'est pas coutume, aujourd'hui je vais vous parler de vin. Etonnant, diront ceux qui me connaissent et se souviennent de la tête que je fais à chaque fois que je trempe mes lèvres dans un verre d'alcool... :-(
C’est vrai que je suis bien ignorante dans ce domaine. Je dois avouer que je n’apprécie ni le vin, qui pourtant tient une place importante dans notre patrimoine gastronomique, ni la bière, ni tout autre liquide qui contient le moindre pourcentage d’alcool (cidre y compris, c’est dire…).

Mais voilà, après la première édition de Blog appétit, Patrick s'est attaché à trouver un vin qui s'accorderait avec chacun des plats proposés par les bloggueurs. Ça a dû être un sacré boulot, vu le nombre de participants.

Ainsi, pour accompagner mes petits ramequins feuilletés aux Saint-Jacques, Patrick nous conseille un Bourgogne blanc "Kimméridgien" 2003 de Jean-Marc Brocard.
Fabriqué - il doit bien y avoir un terme plus approprié ??? aidez-moi, j’ai dit que je n’y connaissais rien ! - à partir d’un cépage unique, le Chardonnay, ce vin vient de la région de Chablis et présente une robe jaune pâle teinté de vert.



L'étiquette du cru de 2001, tirée du site http://www.roucet.com


Pour en savoir plus sur ce vin, je vous invite à visiter ce site.
J'ai toujours plaisir à lire ou entendre parler des connaisseurs en œnologie. C'est toujours très imagé, de sorte que même sans goûter, on peut se faire une petite idée et je trouve les descriptions de la robe et du goût toujours très poétiques.

Le vin qui nous intéresse aujourd’hui vient bien de la région de Chablis. Cependant, il porte l’appellation de Bourgogne… on s’y perd un peu quand on n’y connaît rien. Il me reste encore pas mal de choses à éclaircir…
Pour situez la région et découvrir d'autres vins, vous pouvez consulter le petit guide Loisel des vins.

Parlons maintenant de géologie. Dans ce domaine, je me sens déjà plus à l’aise, quoi que !
Le nom de Kimméridgien vient du terrain sur lequel est cultivé le cépage. En effet, ce terme désigne un étage géologique du Jurassique composé de calcaire marneux contenant une très grande quantité de fossiles marins datant de l’ère secondaire, période à laquelle la région de Chablis était recouverte par la mer. A la fin de la période Jurassique, la mer ayant disparu, la région a subi une période glaciaire qui a creusé des vallées dans les couches sédimentaires, formant le relief chablisien actuel. Cet étage géologique porte le nom de " kimméridgien " par référence à la baie de Kimméridge dans le sud de l'Angleterre, dont le sous-sol présente les mêmes caractéristiques.
Selon les spécialistes, c'est à ce sol très particulier que les vins de cette région doivent leur caractère minéral.

Si vous voulez en savoir plus sur la région vinicole de Chablis, allez faire un tour sur le site de l’Office de Tourisme de Chablis. Ça vous donnera peut-être aussi des idées pour vos prochaines vacances.
Pour terminer, je tiens à remercier Patrick pour sa suggestion qui m'a incitée à progresser dans un domaine qui m’était totalement étranger.

5 commentaires:

Mijo a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Mijo a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Mijo a dit…

Salut Aude,

Je trouve géniale et fort sympathique ta réaction.

Je t'avoue que j'ai fait pareil. Patrick m'a dégoté un accord mets et vin avec un vin dont je n'avais jamais entendu parlé. J'ai fait quelques petites recherches et j'ai bien envie d'en dénicher une bouteille. Et j'en prendrai volontiers un verre. Je rechigne rarement face à un bon verre de vin ;-)
A bientôt.

aude a dit…

Voici quelques précisions très intéressantes apportées par Patrick au sujet de ce vin. C'est passionnant. Bonne lecture :

" Ton explication géologique est exacte, et ce vin est une "expérience" de Jean-Marc Brocard. La région de Chablis a un sous sol qui a subi plis et replis, ce qui fait que plusieurs étages géologiques se retrouvent à quelques kilomètres de distance. L'expérience consiste donc à prendre 3 sous sols d'ère géologique différente, mais avec le même sol. Tout le reste est semblable, d'un lieu à l'autre : le cépage, l'âge des vignes, la densité de plantation, l'exposition, la culture des vignes, la date des vendanges, la vinification et l'élevage. La seule variante est l'étage géologique du sous sol, et Jean-Marc Brocard fait 4 vins différents regroupés sous la dénomination "les géologiques" : Kimméridgien, Oxfordien, Portlandien et Jurassique qui est un assemblage des trois précédents. Et il est amusant de constater à quel point ces vins sont différents, alors qu'ils ne diffèrent que par le sous sol, ce qui prouve s'il en était besoin que les racines des vignes vont se nourrir en profondeur et qu'elles "ramassent" ce qu'elles trouvent, y compris bien entendu toutes les "saloperies" que pulvérisent dans les vignes les producteurs productivistes.

Pour l'appellation Bourgogne, c'est le principe du "qui peut le plus, peut le moins", à savoir que l'aire d'appellation Bourgogne couvre toute la région éponyme, que l'appellation Chablis est plus petite, qu'il y a encore des premiers crus et des grands crus sur des surfaces de plus en plus réduites. L'heureux propriétaire d'un Chablis Grand Cru peut lui donner l'appellation Bourgogne s'il décide de diviser ses revenus pas 10. En ce qui concernent les bourgogne blancs dont on parle, si les vignes sont dans la région de Chablis, elles ne sont pas sur l'aire d'appellation Chablis, et donc ne peuvent être revendiquées qu'en Bourgogne.

Ce Kimméridgien présente des arômes de brioche, d'aubépine et de beurre frais. En bouche, il offre une belle minéralité, mais sans trop de vivacité, et même avec beaucoup de gras. L'accord avec ta recette devrait se faire sur la fusion, et non sur l'opposition, les notes beurrées et briochées répondant au feuilletage, la minéralité accompagnant le poireau et le gras s'unissant à la crème fraîche.

En conclusion, je vais faire moi même l'office du tourisme en vous signalant une belle chambre d'hôtes à Tonnerre, au Château Clos de Vaulichères, un autre très bon vigneron de la région. "
Merci Patrick !

yves a dit…

salut,
pour répondre à ta question je dirai élaborer à la place de fabriquer un vin, mais bon l'essentiel n'est pas là, il est dans le verre, non?